« Terrible 2 »: Comment prévenir les crises de colère chez les enfants

Évolution Parents Blogue -10 façon de réagir aux crises
10 façons de réagir aux crises de votre enfant
2018-01-15
Évolution Parents Blogue - Comment contrer Les Blues de l'hiver
6 trucs pour contrer les « blues de l’hiver »
2018-02-13
Évolution Parents Blogue - Terrible 2 Comment prévenir les crises des enfants

18 stratégies pour prévenir les crises de colère


Vous avez déjà assisté à une scène où un enfant rouge de colère hurle, donne des coups de pieds et se roule par terre dans un magasin ? Assez embarrassant me direz-vous ? Oh que oui! On associe la phase du « terrible 2 » et les crises de colère à une période redoutable qu’on voudrait éviter à tout prix. Néanmoins, sachez que c’est une étape tout à fait normale et importante du développement de l’enfant âgé entre 1 et 3 ans, puisque c’est pendant cette période qu’il apprendra (ou pas) à développer les bons comportements et réflexes face à ses frustrations.

Voici donc quelques conseils et stratégies de prévention :

  1. Assurez-vous que votre enfant n’agisse pas simplement par manque d’attention ou attention négative de votre part. En d’autres mots, si les crises de colère sont le seul moyen qu’a votre enfant pour obtenir votre attention, il répétera son comportement et les crises augmenteront. Rappelez-vous qu’aux yeux d’un enfant, de l’attention négative est mieux que rien du tout;
  2. Soyez à l’affût (en toutes circonstances) des moments où votre enfant se comporte bien. Reconnaissez-le et encouragez-le; il comprendra que son « bon » comportement est récompensé et que, de cette façon, il obtient plus facilement votre attention;
  3. Donnez-lui l’exemple en évitant de vous fâcher à la moindre occasion ou provocation. N’oubliez pas que vous êtes les modèles de vos enfants;
  4. Surveillez les signes avant-coureurs et situations qui peuvent déclencher une crise pour être prêt à réagir;
  5. Essayez de limiter l’utilisation du mot « non » à chaque fois qu’il ne fait pas les choses correctement. Dites-lui plutôt ce qu’il devrait faire au lieu de dire « non, ne fais pas cela ». Si vous devez refuser une de ses demandes, formulez votre réponse positive, comme : « Excellente idée, on jouera à ça après la sieste ou après le souper ». Évitez une réponse qui le laissera sans aucune suite (dans le temps) à sa demande, comme : « Non, je n’ai pas le temps maintenant »;
  1. Si, pour des raisons de sécurité, un « non » s’impose, dites-le fermement, mais calmement. Faites comprendre à votre enfant que vous êtes sérieux sans vous fâcher;
  2. Beaucoup d’enfants sont exigeants, insistants et persévérants. Si c’est votre cas, soyez patient et souvenez-vous que les crises diminueront naturellement lorsque son langage se développera et qu’il pourra s’exprimer;
  3. Autant que possible, expliquez-lui simplement pourquoi son comportement n’est pas acceptable. Avec l’âge, votre enfant comprendra mieux, mais c’est préférable de commencer très jeune. Par exemple, vous pouvez lui dire :

« C’est fragile et ça va se briser »

« C’est chaud et tu vas te brûler »

« Tu vas tomber et te blesser »;

  1. Offrez une alternative à un comportement non désiré. Exemple : « Au lieu de colorier sur le mur, fais-le dans ton livre à colorier ou sur ce papier ».
  2. Faites du renforcement positif, encouragez-le lorsque vous constatez une amélioration, félicitez-le ! Plus vous lui témoignez de l’affection et une attention positive, plus il sera enclin à répéter son comportement pour vous faire plaisir;
  3. Laissez-lui un peu de « contrôle » quand il veut expérimenter et faire des choses. Par exemple, laissez-le s’asseoir par lui-même dans le siège d’auto ou, au magasin, laissez-le placer des articles sur le comptoir de la caisse. Cela lui donnera un sentiment de contrôle et d’autonomie;
  4. Évitez les questions fermées qui amèneront un « non » inévitable de sa part et potentiellement un début de crise (les questions fermées sont celles dont la réponse est un oui ou un non). Faites-lui plutôt faire un choix comme :

« Veux-tu mettre ton chandail avec le kangourou ou celui avec les oursons? »

« Veux-tu un jus de pomme ou d’orange? »

« Veux-tu brosser tes dents avant ou après le bain? »

  1. Faites des jeux amusants avec les petits gestes quotidiens, proposez un défi, les enfants adorent cela et s’y prêtent volontiers. Exemple : « Je suis certaine que je peux mettre mes souliers avant toi! »
  2. Mettez toutes les chances de votre côté en lui donnant des jeux de son âge ou en lui faisant faire des tâches plus simples et appropriées pour lui;
  3. Si l’enfant est très jeune, il peut être plus facilement distrait du problème alors essayez de lui changer les idées avant que la crise ne débute. Ce peut être en chantant soudainement sa chanson préférée ou en attirant son attention sur une voiture ou quelqu’un dans la rue, etc.
  4. Vous connaissez les limites de votre enfant. Si vous savez qu’il est fatigué, ce n’est pas une bonne idée d’aller faire l’épicerie ou de l’emmener dans un magasin;
  5. Assurez-vous que votre enfant ait suffisamment d’heures de sommeil. Cela peut considérablement réduire la mauvaise humeur et les risques de colères, tout comme pour les adultes;
  6. Ne riez pas, n’imitez pas et ne ridiculisez pas les comportements d’un enfant en colère — c’est très décourageant pour l’enfant.

Comme pour toutes choses, nos façons de voir et d’aborder les situations ont un impact direct sur les résultats. Il serait approprié de voir la phase du « terrible 2 » sous un nouvel angle, car c’est votre chance d’influencer très tôt les comportements de votre enfant. Ce faisant, un vent de positivisme et de bien-être se fera sentir pour tous. Parlant de positivisme, pourquoi ne pas commencer par changer le nom de cette phase qui donne la chair de poule? Alors…

Auteure Blogue Evolution Bebe

 

 

Bon « fabuleux 2 »!

 

 

Jennifer D. — auteure du site web discontinué Évolution Bébé

Lire aussi : 10 FAÇONS DE RÉAGIR AUX CRISES DE VOTRE ENFANT

Évolution Parents Blogue - Terrible 2 Comment prévenir les crises des enfants