Cher parent, prends du temps pour toi

EP-Blogue-Discipline-positive-15 phrases encourageantes
Discipline positive : 15 phrases encourageantes faciles à utiliser au quotidien
2018-02-27
Evolution Parents Blogue -Conseils pour proteger enfants et bebe contre les coups de soleil
L’été, l’été, l’été c’est fait pour jouer… mais il faut se protéger!
2018-05-11
Cher parent, prends du temps pour toi

Avant que tes batteries soient à terre.


7 h 15. J’ouvre les yeux. Je tends l’oreille — il y a un bruit de fond. C’est le ventilateur. Ça me prend deux minutes pour me souvenir où je suis. Je me lève. Il fait noir dans la chambre. Je me glisse derrière les rideaux pour sortir sur le balcon sans réveiller mon amie. Je m’installe. Je regarde à gauche, les jardiniers travaillent. Je regarde à droite et c’est là que je l’aperçois : l’eau bleue aqua, parfaite, et à perte de vue. Je prends une grande respiration. C’est la première fois, depuis 5 ans, que je respire à pleins poumons. Personne ne m’appelle, personne n’a besoin de moi.

¡ Bienvenido à Cuba!

En janvier dernier, ma copine et moi avons décidé de partir dans un tout-inclus dans le sud. Dernier tout-inclus que j’avais fait remontait à il y a onze ans. Dans ce temps-là, tous les jours étaient de la pure liberté, et je la prenais pour acquis, comme tout jeune devrait. Je n’avais pas la moindre idée que cette liberté un jour me manquerait tant.Cher parent, prends du temps pour toi

Alors notre voyage a commencé avec un upgrade en première classe à l’aéroport (enfin c’est ce qu’on croyait). On s’est dit « Ouin, ça commence bien les vacances! » On se dirige vers le salon Desjardins à l’aéroport, on boit des bulles, on jase, on rit. On se dirige ensuite à nos places dans l’avion, on nous offre encore des bulles. La bulle vie quoi! (OK, jeu de mots plate).

Assises dans la troisième rangée de l’avion, on jase de tout et de rien, bien excitée de mettre « pause » sur notre réalité pendant une grosse semaine. On regarde dans l’avion pour s’apercevoir qu’il n’y a pas de classe affaires, seulement une toilette pour les 199 passagers et que tout le monde boit des bulles. Bah, pas grave, on se sent quand même comme des superstars. Prendre l’avion sans enfants, c’est un petit bonheur en soi…

Ahh, la liberté.

Comme vous le savez, dans les tout-inclus, tu te lèves à l’heure que tu veux, tu manges ce que tu veux quand tu veux, tu t’écrases au bord de la piscine ou de la mer pendant le temps que tu veux, tu bois ton petit cocktail de fruits à n’importe quelle heure de la journée (plusieurs fois dans la journée), bref tu fais ce que tu veux quand tu veux :

LI-BER-TÉ!

Est-ce que c’est ça ma définition de la liberté? Comme a écrit P. Falardeau dans son livre en 1995 : « la liberté n’est pas une marque de yogourt ». Vous pouvez définir « liberté » comme vous le voulez, ça vous appartient et c’est votre perception. Pour ma part, pendant cette semaine-là, c’est devenu ma réalité et oh que oui, « liberté » pour moi est devenue : faire NADA! Et mozus qu’on a eu du fun!

Cher parent, prends du temps pour toi


Mais, je me suis rendue là. Plus de batteries. Au bout de mon rouleau. En fait, il n’avait même plus de rouleau, je grugeais dans le plastique. Et jamais je n’aurais pensé déborder à ce point-là. Quand on a des enfants, on donne, on donne et on n’arrête pas de donner. On se culpabilise, on se met de la pression (personnelle et sociale), on fait tout pour eux pour qu’ils ne manquent de rien — on s’oublie complètement.

Alors toi, cher parent qui est épuisé, oui oui, toi. Toi

qui es vert,

qui pleures pour tout,

qui pètes ta coche parce que ton plancher est (encore) sale et ta vaisselle pas faite,

parce que ta pile de lavage de la semaine passé n’est pas encore pliée,

parce que tu sens que tu fais tout pour tout le monde tout le temps,

parce que tu es inquiet 24/7 et ça prend toute ton énergie;

parce que tu t’oublies,

TOI là!

PRENDS UN BREAK.

Prends du temps pour toi. JUSTE pour toi.

Prends une pause de ta réalité. Prends du recul. Ce n’est pas de l’égoïsme ni de l’abandon et ça ne fait pas de toi un mauvais parent. Au contraire! Ça fait de toi un parent alerte, à l’écoute de ses besoins et des besoins des autres. Car quand on est plus capable de s’occuper de soi, il est très difficile de s’occuper des autres.

Planifie un weekend d’amoureux sans enfants, une sortie avec ta gang d’amies, un weekend de boys, un voyage de pêche, une journée détente – n’importe quoi qui va t’aider à recharger tes batteries.

Prends une pause avant de péter au frette.

Du moment qu’un enfant vient au monde vient aussi la plus grande responsabilité de ta vie — élever un être humain. Quelqu’un qui dépend de toi à 100 %. Alors, prends soin de toi. Occupe-toi de toi. Ménage-toi. Parce que personne d’autre ne va le faire à ta place.

Dans mes cours de yoga, mon guru nous disait toujours : « the most important thing in your life is your life » qui veut dire « ce qu’il y a de plus important dans ta vie, c’est ta vie ». Et c’est toi qui choisis comment tu la vis.

Tout est dans la mentalité. Dans notre façon de voir les choses.

Si c’est ton quotidien et que tu te sens sur le bord de craquer, pose-toi ces trois questions LOIN DE TA RÉALITÉ * :

C’est important de te poser ces questions en te sortant de la situation pour pouvoir y répondre honnêtement et clairement.

  1. Comment vois-tu les choses?
  2. Qu’est-ce que tu ne peux pas changer?
  3. Qu’aimerais-tu changer?

J’ai fait mon propre exercice en voyage et voici ce que j’ai réalisé :

Comment vois-tu les choses?

« Je capote. J’en ai par-dessus les oreilles, je me sens dépassée, submergée, j’étouffe. J’ai besoin d’air, de respirer. De temps. De dormir. En ce moment, je ressens que mes enfants sont de petits vampires ; elles grugent toute mon énergie ou mieux dit encore “they suck the life outta me”. »

Ça peut avoir l’air cru, mais c’était ma réalité quand je suis arrivée à Cuba. Je les aime du plus profond de mon cœur et mon âme, mais pour être capable de leur donner de l’amour et l’encadrement dont elles ont besoin, je dois prendre soin de moi en premier.

Qu’est-ce que tu ne peux pas changer?

« Le fait que j’ai des enfants. »

C’est non négociable.

Qu’aimerais-tu changer?

« De dire tout serait mentir, mais définitivement ma façon de voir les choses. Elles sont adorables et mignonnes et attentionnées et remplies de bonnes intentions et d’amour. Sérieux, je suis vraiment choyée. Elles ne sont pas parfaites, j’ai droit aux crises et au chignage et aux guerres de pouvoir, mais ça va au-delà de ça pour moi. Il faut que je m’enlève de la pression. Que je lâche prise. Que je continue de prendre du temps pour moi plus régulièrement. »

Alors c’est le travail que j’ai fait en vacances et que je fais depuis mon retour. Lâcher prise. Baisser mes attentes. Les baisser à nouveau. Vivre dans le moment présent et de l’apprécier. POUR VRAI.

Alors même si prendre une pause de notre réalité n’est que temporaire, ça fait vraiment du bien et ça aide à remettre les choses en perspective. On a tous besoin de se ressourcer, de mettre du gaz dans notre réservoir à essence. Quand on tombe en panne, ça peut être long longtemps.

Il faut accepter que rien ne sera plus jamais comme avant. Que c’est du passé ! Et que c’est correct. Ça fait de toi la personne que tu es aujourd’hui et il faut être fier de ça! Que le moment présent, c’est maintenant… et que lui non plus ne reviendra jamais. On passe notre temps à vivre dans le passé, dans le futur et à courir après le temps.

Être heureux, c’est vivre maintenant.

Lori-Anne xo