3 mots pour éviter votre prochaine lutte de pouvoir

EP-Blogue-Discipline-positive-vacciner-ou-non
Vacciner ou non ses enfants?
2018-11-16
EP Blogue - Dans-le-coeur-dun-enfant-de-2-ans
Ce que l’enfant de 2 ans essaie réellement de nous dire
2018-12-12
EP Blogue - 3 p'tits mots pour desamorcer votre prochaine lutte de pouvoir

Tannés des luttes de pouvoir et des répliques de vos enfants ? J’vous comprends !


« J’te comprends ». Trois petits mots simples qui peuvent éviter une situation de tourner au vinaigre.

Prochaine fois que votre enfant se plaint d’avoir à faire ses devoirs, laver la vaisselle ou de ramasser sa chambre, peu importe quel département est à plaindre ce jour-là, regardez-le dans les yeux et dites-lui humblement et sincèrement : « J’te comprends ».

Je vous garantis que ces paroles sont mieux que celles qui vous passent par la tête, si vous voulez vraiment éviter de vous embarquer dans une lutte de pouvoir avec votre enfant.

Peut-être qu’il cherche à vous confronter. Peut-être qu’il le fait inconsciemment. Peu importe la raison, ne tombez pas dans le piège. Sinon, vous vous embarquerez dans des sermons sur « comment les enfants doivent contribuer dans la maison » ou « ça fait partie de ses responsabilités de faire des efforts à l’école et d’obtenir de bons résultats » ou « tu me remercieras quand tu seras plus vieux », bref, du bla-bla pour les enfants.

Vous le savez comme moi qu’une simple situation peut partir dans n’importe quelle direction et qu’elle pourrait escalader bien assez vite. Désamorcer la bombe… Contrôlez la situation avant même qu’il y ait une situation à contrôler.

Voici quelques exemples que vous pourriez plutôt essayer :


« Je te comprends. J’aimais plus ou moins ça les dictées moi aussi. »

« Je te comprends. Faire la vaisselle n’est pas mon activité préférée à moi non plus ! (avec un petit sourire complice). »

« Je te comprends. On dirait qu’on passe notre temps à toujours ramasser ! »

En lui disant « J’te comprends », vous lui faites savoir que vous l’écoutez, que vous l’entendez, et que vous êtes de son côté. Parfois, les enfants veulent juste se faire entendre avec une oreille empathique. Sentir que vous les comprenez, sans les juger et surtout sans les sermonner.

BONUS

Profitez-en pour lui raconter une « tranche de vie » ! En lui parlant de votre vécu, vous établissez une connexion émotionnelle avec votre enfant, ce qui créer un énorme lien de rapprochement. Et souvenez-vous qu’avant même de penser à pouvoir changer le comportement de nos enfants, il faut d’abord établir des liens de rapprochement.

Donc la prochaine fois votre enfant vous arrive en se plaignant qu’il doit encore sortir les poubelles, regardez-le dans les yeux et avec un sourire sincère, dites-lui « J’te comprends ».

À lire aussi: Comment changer les comportements dérangeants des enfants?